artistes

loulou picasso

12 Références

Membre fondateur du groupe Bazooka qui sévit dès le milieu des années 70 au sein de la scène underground française, Loulou Picasso va imposer avec ses complices Kiki Picasso, Lulu Larsen, Olivia Clavel, Bernard Vidal, T5dur et Jean Rouzaud - rencontrés pour la plupart aux Beaux-Arts de Paris - une œuvre sans concession, froide et provocante, véritable contrepoint graphique au mouvement punk. Leurs travaux sont signés collectivement où sous de nombreux pseudonymes, dépersonnalisant ainsi le processus de création. L’objectif avoué est de sortir du circuit classique de diffusion d’œuvres d’art, dans un premier temps via l’auto-édition, puis en s’affichant sur des supports accessibles au plus grand nombre (pochettes de disques, génériques TV, presse quotidienne et magazine…). 

Engagés en 1977 à Libération, ils vont littéralement faire exploser la maquette du journal, déplaçant les colonnes, remplaçant les travaux photographiques par des dessins ou ajoutant textes et légendes souvent en opposition avec le contenu des articles qu’ils sont supposés illustrer. La rédaction étant largement partagée sur ces interventions graphiques, les agressions verbales et physiques entre l’équipe historique du journal et les membres du groupe Bazooka vont se multiplier jusqu’au renvoi pur et simple du collectif. Leur retour sera rendu possible grâce à Serge July qui leur proposera de développer un projet indépendant du journal, le désormais mythique Un Regard Moderne ( 5 parutions plus un N°0, tous publiés en 1978).

Le groupe explose à la fin des années 70 victime de ses excès et de son rythme de travail frénétique, laissant derrière lui un ensemble impressionnant de dessins, collages, photomontages, peintures et publications dont l’influence sera primordiale sur la création graphique à venir. Largement considérée comme le point de départ de l’under-graphisme français de Elles Sont de Sortie à Frédéric Magazine  via Le Dernier Cri , l’épopée Bazooka aura par ailleurs essaimée du côté de l’art contemporain : les peintres de la Figuration Libre s’inspireront volontiers de cette énergie pour éditer leur premières publications et l’esthétique développée aujourd’hui dans les dessins de certains jeunes artistes français de premier plan prends sans nul doute sa source à ce moment-là.

Au début des années 80, Kiki et Loulou Picasso publient quelques ouvrages en solo, Loulou se consacre ensuite à sa peinture, tandis que Kiki explorera les multiples possibilités de la palette graphique en créant Art Force Industrie, un studio de création vidéo dont bon nombre de productions envahiront les chaînes TV. En 2002, Kiki et Loulou se retrouvent pour animer unregardmoderne.com, un site web où chaque collaborateur (Olivia Clavel, Anne van der Linden, Placid, Chris Marker …) apporte à chaud une réaction graphique à des dépêches d'actualité. Ce projet restera actif jusqu'en 2005, date où il devra fermer sous la pression des grandes agences de presse qui voient d'un assez mauvais oeil l’utilisation de leurs communiqués détournés. La même année paraît aux Editions du Seuil Un Regard Moderne, catalogue de l'exposition éponyme présentée au Musée de l'Abbaye de Sainte-Croix (Sables d'Olonne), première étape d'une reconnaissance institutionnelle.

Après une participation remarquée à l’exposition Des Jeune Gens Mödernes programmée en 2008 par la Galerie du Jour agnès b., Kiki et Loulou Picasso font leur retour dans les librairies grâce à L’Association qui édite en juin 2009 Engin Explosif Improvisé. Début 2011, l’exposition Europunk est présentée pour la première fois à Rome dans le cadre prestigieux de la Villa Médicis. Les œuvres du groupe Bazooka occupent une large place dans ce panorama de la culturelle visuelle punk en Europe des années 1976-1980. En parallèle, Loulou Picasso reprend la peinture et publie en septembre 2011 La révolution triste chez United Dead Artists, point de départ d’une collaboration régulière avec la galerie Arts Factory.

crédit photo : théo lopez

+ / -