artistes

amandine urruty

5 Références

Amandine Urruty est née en 1982, elle vit et travaille - sur son lit - entre Paris et Toulouse, une valise débordant de crayons et de stylos bille toujours à portée de main. Après quelques années d’études universitaires et une brève carrière dans la chanson française underground, Amandine dessine aujourd'hui des portraits déviants, alliant costumes grotesques et décorum baroque, réconciliant miraculeusement les amoureux de la symbolique alchimique avec les jeunes filles trop maquillées.

Véritable stakhanoviste du crayon de couleur, Amandine Urruty compose ses images comme l’on erre dans les allées d’un vide-grenier dominical, empruntant aux forêts de bibelots - tour à tour féroces ou apaisants, décoratifs ou encombrants - leur ambivalence fondamentale. En résulte la célébration d’un chamanisme de comptoir où objets et animaux anthropomorphes s’animent au cœur de saynètes puériles et perverses ; improbables rencontres entre le Muppet Show, l’oeuvre de Jérôme Bosch et les Crados.

Un univers fort et singulier, révélé notamment via la une du mensuel Etapes en 2008, de nombreuses anthologies graphiques internationales, des interventions avec le collectif Studiobüro et une série d’expositions collectives autour de la scène post-graffiti en France et à l’étranger chez GHP ou la galerie LJ.

En novembre 2009, elle rejoint le crew des artistes de l’Arts Factory à l’occasion du Winter Show de la galerie, avec qui elle collabore régulièrement depuis. Entretemps, Amandine aura signé de nombreuses pochettes de disques et affiches de concert, puis - toujours guidée par son amour pour la musique populaire – se sera adonnée aux joies du body-painting sur le corps de Philippe Katerine, lors de quelques séances photos et concerts d'anthologie.

En 2011, l'exposition itinérante "Solo Chiot" coïncide avec la publication aux Requins Marteaux de "Robinet d'amour", un imposant recueil de dessins venant accompagner à point nommé le parcours atypique d'une artiste au coup de patte particulièrement attachant. Après une participation ultra remarquée en 2012 aux éditions parisienne et berlinoise du festival Pictoplasma et à l’exposition HEY ! Modern Art & Pop Culture de la Halle Saint Pierre, Amandine est invitée début 2013 par le Lieu Unique, la prestigieuse scène nationale nantaise pour une résidence et un nouveau projet d’exposition.

crédit photo : annabelle lourenço

+ / -